La construction d’un bâtiment industriel ne s’improvise pas. Qu’il soit destiné au stockage de produits dangereux, à l’installation d’une chaîne de production ou à une autre application, ce type de bâtiment doit répondre à des normes strictes en matière de sécurité et d’environnement (ICPE). Pour faire aboutir votre projet plus rapidement et au meilleur prix, tout en ayant la garantie d’éviter les écueils réglementaires, vous pouvez faire appel à un contractant général qui vous livrera votre construction clés en main, grâce à une équipe entièrement dédiée à votre projet. Du choix du terrain à la réception des travaux, en passant par la constitution des dossiers administratifs, découvrez les 6 étapes indispensables pour faire construire un bâtiment industriel.

1. Trouver la zone d’implantation idéale

Même si vous avez déjà repéré un emplacement qui vous convient pour faire construire votre bâtiment industriel, votre choix devra être validé en amont par un professionnel de la construction. L’objectif de cette analyse est de déterminer si le terrain correspond à vos besoins métiers (surface des locaux et entrepôts) et à votre budget. Les contraintes techniques seront également mises en lumière pour éviter les mauvaises surprises : qualité des sols, viabilisation du terrain, contraintes d’accessibilité, etc.

2. L’avant-projet

Le contractant général se charge de réaliser l’étude d’avant-projet, de chiffrer chaque lot et de souscrire les assurances obligatoires. Il s’engage sur un délai de réalisation des travaux et un budget. Durant cette phase d’amorce du projet, il recueillera l’ensemble de vos besoins, qui seront ensuite traduits par une solution fonctionnelle et réglementaire. Il réalisera ensuite une étude de faisabilité visant à vérifier que le projet est réaliste, tant du point de vue technique que financier. Une fois le projet validé, le contractant général réalise des études d’esquisses sous formes de croquis, rapidement suivies des études d’avant-projet. Ces dernières se décomposent en deux étapes. L’avant-projet sommaire (APS) prend la forme d’une brève étude descriptive. L’avant-projet définitif (APD) est beaucoup plus détaillé et permet de décrire l’ensemble des ouvrages à réaliser. En tant que client du projet, vous validez chaque phase et restez décisionnaire des options proposées : ergonomie, structure, choix des matériaux.

3. La formalisation du projet

La rédaction d’un cahier des charges approfondi permet de formaliser de façon contractuelle la construction d’un bâtiment industriel. Les spécifications techniques détaillées décrivent l’ensemble des fonctionnalités relatives à la construction et à l’exécution des travaux.

Le dossier de consultation des entreprises : en faisant appel à un contractant général, vous vous épargnez de devoir mettre vous-même en concurrence plusieurs entreprises de construction et artisans. Grâce à un réseau de partenaires dans tous les corps de métiers concernés, le contractant général vous garantit le respect des délais et des prix. Pour choisir les intervenants de votre chantier, il transmet à plusieurs prestataires les caractéristiques techniques et administratives précédemment définies et réalise le chiffrage de chaque lot.

4. Les démarches administratives

La demande de permis de construire doit impérativement être déposée avant la date de début des travaux prévue. Celle-ci doit être formalisée par un dossier complet constitué par l’architecte, comprenant les premiers plans et les esquisses, les études techniques, le descriptif et l’emplacement du terrain ainsi que ses conditions de viabilisation et les matériaux de construction utilisés. Attention il existe un délai de recours des tiers de deux mois à partir de l’affichage du permis sur le terrain.

5. La construction du bâtiment

Le délai de construction dépend de l’ampleur du chantier et des besoins exprimés par l’entreprise cliente désirant faire construire un bâtiment industriel. Les différentes étapes comprennent :
– la préparation et le balisage du chantier (raccordements provisoires électrique, alimentation en eau, mise en place des palissades),
– la réalisation des fondations et du gros œuvre,
– le montage de la structure (ossature), de la charpente et des bardages,
– l’installation du réseau électrique et sanitaire,
– le second œuvre et les finitions, la décoration intérieure et extérieure du bâtiment,
– la réception avec ou sans réserves par la maîtrise d’ouvrage (le commanditaire des travaux).

Tout au long du chantier, le contractant général reste l’interlocuteur unique de l’entreprise cliente. Il vérifie, à chaque phase du chantier, que les travaux sont bien exécutés conformément au cahier des charges défini et que les contraintes de délai et de coût sont bien respectées.
Le bâtiment industriel est considéré comme livré lorsque les travaux sont validés sans réserve par la maîtrise d’ouvrage.

6. L’après-projet

On pourrait penser que le rôle du contractant général s’arrête lorsque le bâtiment industriel a été définitivement livré et que les clés ont été remises. En réalité, celui-ci doit encore solder le compte du chantier et produire certains documents réglementaires. Il doit notamment fournir les documents ouvrages exécutés (DUE) et intervenir pendant la période de garantie du bâtiment construit.